2013 06-Et après…

Édito.
Et après…
Daniel Pezat

Dans quelques jours, notre caisse populaire ne sera plus qu’un souvenir. Gobée par une institution pour qui le profit est le but ultime et la responsabilité sociale, une vue de l’esprit. Nous avons crié au scandale et nous nous sommes lamentés sur notre sort. Après avoir séché nos larmes, que faisons-nous?

Certains parlent de situation inévitable, de la marche du progrès, du phénomène de concentration, du capitalisme sauvage ou de l’importance qu’Internet a prise dans l’univers des banques. Et si c’était tout simplement notre manque de lucidité et de combativité? Au fil du temps, nous avons perdu des services, des commerces, des emplois et de la population, sans que cela ne soulève de grandes passions ni même d’intérêt. Lingwick est dans la m… Réveillons-nous!

Pourtant, Lingwick, dans un passé pas si lointain, a livré et gagné des combats : Après la fermeture de son école primaire et la dispersion de ses enfants dans deux écoles des environs, nous avons réussi à les regrouper dans une même école. Pas la nôtre, mais au moins, ils étaient tous ensemble. Malgré la mauvaise volonté de la commission scolaire, malgré l’opposition de Scotstown et les sempiternels risques de précédents, nous nous sommes battus tous ensemble. Il y a eu également le référendum qui a contré une volonté de voir le canton de Lingwick disparaître. Encore là, on voulait découper notre territoire entre deux municipalités voisines. Nous avons tenu bon et gagné. Dans ces deux batailles, nous avons fait honneur à la devise du canton de Lingwick « Unis et fiers ».

L’heure est  au bilan. En perdant des services de proximité, c’est la vie de Lingwick qui nous échappe. En perdant des services postaux ou financiers, c’est la vie économique de Lingwick qui est mise à mal. Pourquoi s’arrêter dans des commerces de chez nous quand nous devons aller à Weedon, Cookshire ou Bury pour nos affaires? Lingwick meurt tranquillement, asphyxié par notre apathie. De plus, cette fermeture va à l’encontre des efforts que fait depuis des années la municipalité pour augmenter l’activité économique et par conséquent, la population. Hélas, des citoyens reprochent au conseil municipal son implication dans le développement résidentiel et commercial.

« Coopérer pour créer l’avenir » est le slogan de Desjardins. Franchement, c’est se foutre de la gueule du monde. Si la fermeture de notre caisse doit créer l’avenir de Lingwick, j’aimerais que quelqu’un m’explique de quel avenir  nous parlons!

Trêve de lamentations. Que pouvons-nous faire pour réparer ce gâchis? Les plus jeunes vont se tourner vers Internet et les transactions en ligne. Comment les aider, les personnes âgées, ou handicapées, ou tout simplement celles qui n’ont pas de moyens de transport? Commencer par se rencontrer et se parler. Existe-t-il des services alternatifs? Peut-on penser à un système de navette, de covoiturage ou de transport collectif? Pourquoi ne pas demander à la caisse des Hauts-Boisés d’assurer un jour par semaine une présence à Lingwick? Cela se fait déjà ailleurs. Existe-il une institution bancaire qui offrirait un service similaire et qui voudrait s’installer chez nous? À force de fermer les caisses des villages, il va bien, quelque part, se créer un vide qu’il faudra combler! Les transactions en ligne ne régleront pas tout.

Il n’en demeure pas moins vrai que la perte de notre caisse n’aide en rien le commerce local. Déjà que certains ne sont guère florissants. Ce nouveau coup dur n’arrangera en rien leur situation. Ce seront pour eux des coûts supplémentaires qu’ils devront assumer. Un déplacement  presque quotidien vers un autre centre de services. Et Desjardins appelle cela de la coopération! L’un dépense et l’autre engrange les profits. Dans ce sens, il y a bien coopération, mais où est le mieux-être de notre communauté? Qui va le prendre en compte? Quand allons-nous arrêter de nous faire plumer comme des pigeons et commencer à dire non? R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *