2013 09-La burqa pour toutes

Éditorial,
La burqa pour toutes,
Daniel Pezat

Exergue : Au Québec, les rapports entre les femmes et les hommes sont basés sur l’égalité, la différence et la complémentarité.

Au moment où je rédige ces lignes, nous sommes en août, et au début du mois de septembre, devrait se tenir à Montréal un congrès islamique. Quand vous me lirez, je ne sais quelle tournure auront pris les événements. Ce qui est certain : nous devons nous interroger sur les valeurs véhiculées par les conférenciers invités, des islamistes purs et durs pour qui, entre autres choses, le rôle de la femme est de se cacher dans sa maison ou sous une burqa, d’être une être soumise et obéissante.

Cet événement baptisé « Entre ciel et terre » est organisé par Le Collectif 1ndépendance, qui rassemble des jeunes musulmans montréalais. Que des jeunes veuillent entendre parler de leur religion est normal. Que des intervenants extrémistes prennent la parole et véhiculent des propos haineux, racistes, misogynes et violents, c’est autre chose.

Ces conférences doivent se tenir au Palais des congrès de Montréal. Nous devons nous questionner sur les motivations qui ont guidé les dirigeants pour qu’ils acceptent de louer une salle aux organisateurs. Apparemment, seul l’aspect financier a été pris en compte. Si je comprends bien, le Klux-Klux-Klan pourrait organiser une rencontre au Palais des congrès pour fêter son 148e anniversaire? Des néonazis pourraient s’y rassembler afin de discuter des stratégies à adopter pour « purifier » la société québécoise? Des islamofascistes qui veulent propager leur haine des femmes et des gais? Bienvenue à Montréal! Le conseil d’administration du Palais des congrès de Montréal se conduit comme ces entreprises psychopathes qui ne pensent qu’à leur seul profit immédiat; ils se foutent des conséquences à long terme de leurs décisions.

À l’heure où j’écris, un mouvement de contestation s’organise au sein même de la communauté musulmane de Montréal; pour sa part, le gouvernement du Québec a demandé à Ottawa d’interdire l’accès au Canada aux conférenciers invités qui sont des prédicateurs religieux extrémistes, dont un est diplômé en charia!

Au Québec, les rapports entre les femmes et les  hommes sont basés sur l’égalité, la différence et la complémentarité. Je vois d’un mauvais œil que des prêcheurs, peu importe la religion, viennent bafouer ces principes. Que des orateurs islamistes viennent me dire qu’il faut bannir la mixité, qu’ils considèrent qu’une femme doit raser les murs dans la rue, que c’est un péché de lui serrer la main, que de refuser de porter le voile est pire que d’avoir le cancer ou encore que la télévision est un poison à cause des lectrices de nouvelles dénudées, de quoi se mêlent-ils? Nous sommes au Québec en 2013, pas au Moyen-Orient au Moyen-Âge!

Nous vivons dans une démocratie laïque où toutes les opinions sont permises. Nous avons le droit de penser ce que nous voulons, mais il n’est pas acceptable de tenir des propos qui portent atteinte à autrui. Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, c’est exactement ce que ces orateurs islamistes radicaux veulent faire. Je veux croire à une levée de boucliers pour faire entendre raison à tous les intervenants. La haine, le racisme, la misogynie n’ont pas leur place dans notre société.

Que nous réserve l’avenir si des jeunes musulmans qui vivent à Montréal éprouvent le besoin d’entendre et de suivre des prédi-cateurs islamistes? Ces derniers prêchent un islam des premiers temps de cette religion. Pourtant, le Coran prêche aussi la tolérance et le respect des autres. Mais comme pour la Bible, il y a malheureusement des déviances. Des illuminés, à la recherche d’un pouvoir, se dressent et prétendent porter la parole de Dieu. Ils déforment et dénaturent les livres saints. Ils en font une lecture ultra conservatrice et erronée. La haine de l’autre est à la base de leur discours. Ils sèment dans l’esprit de leur auditoire les germes de la violence et de l’intolérance. Que vont comprendre, penser et faire les gens qui iront au Palais des congrès écouter ces prédicateurs extrémistes? Avons-nous raison de nous sentir menacés? Ce ne sont pas de doux illuminés qui vont prendre la parole, mais des marchands de violence. Nous devons faire savoir à nos gouvernements et aux dirigeants du Palais des congrès que ces gens- là ne sont pas les bienvenus chez nous. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *