2013 11-Vingt mille Janette dans la rue

Édito. Vingt mille Janette dans la rue
Daniel Pezat

Je m’étais bien promis de ne pas me mêler de tout ce qui se dit, s’écrit ou se fait au sujet de la Charte des valeurs. Vous savez tous que j’ai vécu la guerre d’Algérie de proche. J’ai pour les magrébins un rapport d’amour-haine que je n’ai jamais pu vraiment éclaircir. Depuis quelques mois, nous sommes inondés par les pour et les contre de la laïcité de l’État québécois.

Soyons clairs, je suis en faveur de cette loi. Mon athéisme est bien connu, pourtant je ne l’affiche pas sur mes T-shirts. Ma non croyance ou la croyance des autres sont de l’ordre de la vie privée. Ne nous y trompons pas, tout signe ostentatoire est un acte de prosélytisme. Un employé des services publics n’a pas à afficher ses orientations religieuses. S’il veut porter un crucifix, une étoile de David ou un croissant sous ses vêtements, rien ne l’interdit. Avec la révolution tranquille, la religion catholique est sortie des institutions publiques. Aujourd’hui, l’Islam tente d’y entrer par la porte de derrière. C’est non et non! Les religieuses et les religieux qui, entre autres, œuvraient dans l’enseignement et les hôpitaux l’ont bien compris. Les cornettes et les soutanes ont été remplacées par des vêtements civils. Ce qui est bon pour les uns devrait être bon pour les autres.

Des musulmanes étudiantes en médecine et des infirmières menacent de mettre fin à leurs études et de ne plus pratiquer au Québec si la charte entre en vigueur. C’est dommage pour le Québec mais par le passé au temps où les sœurs catholiques étaient dans les hôpitaux, des femmes sont mortes. Les religieuses ne voulaient pas participer à un avortement qui aurait sacrifié le foetus mais sauvait la mère. Triste expérience que nous ne voulons pas revivre.

Cette charte ne règlera sûrement pas la question de la menace terroriste, c’est évident, ce n’est pas son but. Elle ne barrera pas la route au sexisme et à l’islamisme. Sa seule raison d’être est d’affirmer la neutralité de l’État pour ce qui touche aux religions.

Les opposants à cette charte ne se privent pas et c’est leur droit le plus strict de crier haut et fort leur opposition. Mais avez-vous remarqué que pour les tenants de la religion de Mahomet, ce sont toujours des femmes qui montent au front? À la télévision, elles sont jolies, souriantes et charmantes. Elles nous disent porter le voile par choix. Il ne faudrait pas charrier. Au Québec, il n’y aurait pas une seule femme qui est obligée de le porter? À les entendre, les musulmanes ne subissent jamais de pression de la part des hommes. On dirait que le port du voile ne regarde que les femmes. Les hommes ne s’en occuperaient pas? On voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes!

J’aimerais bien voir au petit écran un musulman religieux. Je voudrais l’entendre dire pourquoi, selon lui, les femmes devraient faire preuve de pudeur et de modestie dans leur façon de s’habiller. M’expliquer pourquoi seules les femmes doivent porter le niqab, le foulard, le hijab ou la burka. Je voudrais savoir pourquoi les femmes musulmanes portent le voile par peur de représailles. Pourquoi, si elles refusent, sont-elles assassinées? Les crimes d’honneur sont une triste réalité.

Les adversaires de la charte prétendent qu’elle est antireligieuse et qu’elle empêche les fidèles de manifester leur foi. La charte ne demande pas d’abjurer sa religion. C’est seulement durant les heures de travail et seulement pour les employés de l’État. Le reste du temps, libre à tout le monde de se vêtir à sa guise. Il me semble que c’est facile à comprendre et pas si contraignant que cela.

Si les musulmans pratiquants avouaient que le port du voile par les femmes est obligatoire, les droits et libertés trancheraient la question assez facilement. C’est pour cela qu’aucun d’entre eux ne l’avouera jamais. D’où, la nécessité d’une charte pour créer une neutralité religieuse de l’État. On n’entend pas parler des bouddhistes ou des croyants judaïques sur les objets ostentatoires. Ils ont compris et ne font pas un drame avec tout ça. Nous pouvons penser qu’ils sont pour la laïcité de l’État.

C’est dommage d’être obligé d’en arriver là. Mais le Québec a-t-il le choix? Nous sommes accueillants et chaleureux. Ouverts aux autres et bien souvent curieux de leur mode de vie. Nos détracteurs nous qualifient de racistes et de xénophobes. C’est une insulte au peuple québécois. Nous ne voulons simplement pas nous faire piler sur les pieds et nous faire dire qu’on l’a fait exprès. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *