2016 03-Humain finalement?

Éditorial 
Humain finalement?  
André Mathieu

Aveugle, sourd, menteur, pas de mémoire : humain finalement?

Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Il est bien d’actualité ce proverbe. Un cinéaste québécois remarquable avec son nom accolé aux récompenses du cinéma québécois vient d’être rabaissé au rang de pédophile; son goût pour les jeunes garçons était connu, mais son attirance pour les enfants a été ignoré.L’importance du personnage et de son oeuvre a fait que personne n’a porté plainte ou même mentionné son travers. S’est-on soucié des dommages subis par ces enfants?

Une personnalité très en vue dans le sport est accusée de harcèlement sexuel envers les femmes de son entourage. Difficile de dénoncer, vu le poids du personnage. On lui avait dit qu’il allait trop loin, de dire un de ses amis, après l’éclatement de la nouvelle. On a vu, mais préféré ignorer; on ne dénonce pas un ami. Les victimes en ont souffert pendant des années.

Un gérant d’artiste a abusé d’une mineure pendant des années, sexuellement et monétairement. Il a plaidé coupable pour ne pas montrer plus de ses comportements malsains. Enfance et adolescence bouleversées par ces abus. Personne n’a vu ou entendu et n’a déclaré cet abuseur.

Tout accusé est innocent jusqu’à preuve du contraire. On protège un accusé, c’est bien. S’il n’est pas pris, tout est beau.

S’il est pris, il va d’abord mentir. Le journaliste intègre ne porte pas d’accusations sans preuves et le réflexe premier est de mentir.

Ensuite, il fait amende honorable. Il s’excuse, il aura peut-être une promotion et dans le pire une peine de prison. Il aura payé sa dette à la société. Les victimes seront marquées pour la vie.

Les exemples cités sont connus de tous, on s’en indigne un moment, on oublie vite et notre vie tranquille reprend son cours. Les victimes se souviendront toute leur vie.

L’erreur est humaine. Où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. Deux beaux proverbes pour excuser bien des vices ou crimes.

L’erreur est de ne rien dire quand il le faudrait et d’ignorer ce qu’on a vu. Il y a une autre définition du terme humain. Être humain, c’est faire preuve de bienveillance, de compassion et de bonté (c’est le dictionnaire qui l’écrit). Ces qualités s’appliquent à tous, autant aux victimes qu’aux abuseurs. Si la délation peut faire reculer les abuseurs d’enfants, les harceleurs sexuels et les cas de violence conjugale, n’est-ce pas humain d’utiliser ce moyen, même s’il est mal vu de le faire? Peut-on vivre paisiblement en sachant que les victimes en souffriront leur vie durant? En ayant gardé le silence, en regardant ailleurs, en oubliant et en se disant que ce n’est pas de notre affaire, c’est souvent laisser libre cours à ceux qui doivent être aidés. Les abuseurs comme les victimes.

Les victimes n’ont-elles pas droit à la bonté, la compassion? Pas seulement après mais pour prévenir les abus. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *