2016 10-Billet-Trop gagas de nos enfants

Billet     Trop gagas de nos enfants? 
Catherine Bouffard

Sommes-nous rendus trop gagas de nos enfants? Avons-nous des comportements démesurés face à certaines occasions.

Les fêtes d’enfants, le cauchemar des parents. En exemple, une fête d’enfants où la jeune fille ou le jeune garçon remet lui aussi un cadeau à chacun de ses petits invités…cadeaux que le ou les parents ont achetés. À cela s’ajoute la nourriture et peut-être la sortie au cinéma, dans un parc d’amusement intérieur ou à la salle de quilles. Imaginons une fête simple où seulement six amis sont présents. Le petit cadeau coûte entre 15 $ et 25 $ en moyenne (x 6 = entre 90 $ et 150 $), plus le coût de la sortie, etc. Imaginons qu’on ait deux enfants, donc deux fêtes. Et si chacun participe à quatre fêtes par année. Au bout de l’année ça peut faire plusieurs centaines de dollars. Ce n’est pas juste une question d’argent, qu’est-ce que l’enfant retient de tout ça? Que c’est la quantité qui compte le plus? Et certains parents voudront sûrement faire quelque chose de différent et d’encore plus spectaculaire la prochaine fois. Y a-t-il autant de parents gonflables qu’il existe de voisins gonflables?

Et les familles qui n’ont pas les moyens financiers d’organiser de telles fêtes pour leurs enfants, comment se sentent-ils? Et aussi, comment leurs enfants perçoivent-ils ces occasions de surabondance?

Depuis plusieurs semaines déjà, les magasins offrent les décorations et les grands formats de contenants de bonbons pour l’Halloween. Et ceux de Noël sont prêts à être placés sur les tablettes, si ce n’est pas déjà fait. Certains parents, grands-parents, oncles et tantes n’hésitent pas à dépenser une centaine de dollars pour chacun de leurs petits. Et il y en a d’autres qui achètent au fur et à mesure ce que les enfants demandent, sans occasion spéciale. Si bien, que l’on veut leur offrir un présent à Noël, mais qu’on ne trouve rien qu’ils n’ont pas déjà. Doit-on donner de l’argent à un enfant de cinq ans parce qu’on ne sait plus quoi offrir d’autre?

Maintenant, même nos tout-petits de la maternelle peuvent graduer avec une toge et le petit chapeau carré. Il n’y a rien de mal à faire une fête pour souligner le passage à la grande école, mais de là à avoir des photos de finissants comme au secondaire, au collégial ou à l’université, il y a une marge.

En fait, toutes ces fêtes, sont des occasions de faire sortir des sous du portefeuille des parents et de la famille et qui amène les gens à surconsommer. Ça devient la norme. Tout le monde le fait. Probablement que certains d’entre vous, ne vous reconnaissez pas dans cette démesure et c’est tant mieux. Que voulons- nous laisser en héritage à nos enfants : un tas de bébelles ou un album de souvenirs qui sera encore présent dans leur cœur d’adulte? R