2017 02-Cannabis

Éditorial     Cannabis
André Mathieu

La consommation légale de cannabis avec permis médical compte près de cent mille utilisateurs. Il y a trente-huit producteurs autorisés par Santé Canada et près de trente mille clients inscrits chez ces producteurs. Trente mille patients sont autorisés à produire pour leur usage personnel. L’efficacité pour soulager la douleur, réduire les nausées lors de chimiothérapie et les symptômes de la sclérose en plaque est déjà prouvée. À proscrire en traitement de la dépression ou de la démence.

Justin Trudeau a fait la promesse électorale de légaliser le cannabis pour fins récréatives. On sait ce que valent ces promesses, une fois les élections gagnées. Le gouvernement a mandaté un groupe d’étude sur l’usage récréatif du cannabis. Ce groupe a énoncé pas moins de quatre-vingts recommandations avant de légaliser, et les médias, pour rassurer le public, nous disent que la vente sera interdite aux moins de 18 ans. Toutes les études médicales s’entendent pour affirmer que le cannabis est dommageable jusqu’à 25 ans, en relation avec la maturation du cerveau. On sait que la vente de tabac et d’alcool est interdite aux moins de 18 ans. Quelqu’un peut-il affirmer que les jeunes ne fument pas et ne boivent pas avant 18 ans? Peut-on croire qu’il en sera autrement pour le pot? Les plus vieux et les revendeurs ne se soucient guère de l’âge des clients.

Le cannabis perturbe la mémoire, l’attention et la capacité d’apprentissage. Une intégration et réussite scolaires médiocres sont à prévoir. Le décrochage est à prévoir également.

Fumer un joint avant de conduire n’est pas une bonne idée. Des enfants peuvent avaler ces substances et courir de graves dangers. Les États américains qui ont légalisé le pot ont de multiples cas d’accidents à rapporter.

La dépendance au cannabis est souvent associée à d’autres dépendances : tabac, alcool et autres drogues illicites. Commencer à un jeune âge est nettement un facteur de risque, plus chez les garçons que les filles. Les liens entre cannabis et santé mentale sont complexes. Est-ce la drogue qui cause la maladie mentale ou la maladie mentale qui pousse vers la drogue? Pris pendant la grossesse, on aura des bébés de faible poids.

Advenant une légalisation du cannabis à usage récréatif, rien ne peut garantir une meilleure protection pour les jeunes que ce qui se fait maintenant pour le tabac et l’alcool. Les producteurs illégaux vont continuer à faire pousser et vendre leurs produits. Les producteurs accrédités pour le cannabis à usage médical vont aussi produire pour le récréatif. Ils ont les ressources financières et le lobby au gouvernement pour prendre la plus grosse part du marché.

Cette légalisation annoncée est loin d’être réalité; l’étude des experts et ses quatre-vingts recommandations vont sûrement rencontrer bien des obstacles avant qu’une loi soit définitivement adoptée pour légaliser le pot récréatif. Les États américains qui ont procédé à la légalisation ont beaucoup plus de problèmes que prévu et le Canada va s’y référer.
En attendant, pourrions-nous décriminaliser la possession de petites quantités de pot pour désengorger les tribunaux et ne pas accabler de dossiers criminels des milliers de canadiens? R