Le plaisir de vous informer



Éditorial - Octobre 2019  

Le droit d'être informé

par André Mathieu

Le système démocratique a mis au point une quantité de devoirs et de droits pour les citoyens qui composent la société. L'État demande aux citoyens de participer par des devoirs pour vivre en société et l'État est aussi redevable envers ses citoyens en gouvernant, en faisant des lois et en informant ses citoyens. L'information est si importante qu'il existe un service d'accès à l'information, ce service étant accessible à la population. Un simple citoyen pourrait se prévaloir du droit à l'information mais qui s'en donnerait la peine ?

La solution  pour être informé? Le journalisme. Les services de nouvelles (radio et télévision) nous résument à tous les jours l'actualité de partout dans le monde et les nouvelles de nos villes, provinces et pays. C'est un minimum. Est-ce suffisant pour faire la part des choses...

Texte choisi - Octobre 2019


Le compostage domestique, on doit tous embarquer

par Louise Pigeon

Nous sommes présentement dans une période de grands changements environnementaux. 6,6 millions de personnes dans le monde entier ont pris la rue le 27 septembre dernier pour manifester leur inquiétude et crier l'urgence de réaliser des actions concrètes. Nous voici devant une bonne occasion de poser un geste qui fait une véritable différence en adoptant de bonnes habitudes quant à notre façon de disposer de nos déchets compostables.

En effet, la Politique de gestion des matières résiduelles de la MRC du Haut-Saint-François prévoit l'obligation de bannir les matières organiques des sites d'enfouissement d'ici juin...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Éditorial - Février 2019  


L'insolence des gens de pouvoir

par André Mathieu


Je veux parler ici de l'insolence des hommes (ou femmes) en position de dominer.

C’est certain que de tous les temps, il y a eu des dirigeants et des dirigés, (des chefs et des indiens, si je peux m'exprimer ainsi). La royauté, les dictatures, les démocraties et toutes autres formes de gouvernement investissent leurs dirigeants de grands pouvoirs et c'est normal comme ça. Les chefs d'entreprises sont responsables des réussites commerciales des entreprises qu'ils ont le mandat de gérer. C'est dans les abus de pouvoir que l'on peut parler d'insolence des gens, élus ou en poste d'importance.

À un autre niveau, les personnes en position d'autorité s'investissent elles-mêmes de pouvoirs qui aboutissent souvent aux abus. Pensons aux femmes, hommes et enfants victimes d'agressions non dénoncées. Intimidation, harcèlement sexuel ou psychologique, viol, fraude, réduction de l'autre à l'esclavage sont des abus qui doivent être dénoncés. Les mouvements sociaux tels #MoiAussi,  #AgressionsNonDénoncées, sont des moyens de se faire entendre pour les victimes qui ne se sentiront plus isolées en dénonçant leurs abuseurs. Peu importe qu'on arrive ou pas à des poursuites contre eux, les abuseurs n'ont plus l'avantage du silence de leurs victimes. La liste est longue, des entraîneurs sportifs aux éducateurs laïcs ou religieux, aux animateurs de télé, au président du festival untel et d'autres exemples multiples, jusqu'au président du pays voisin dont la considération pour ses subalternes et les femmes en général est inexistante.

La dénonciation n’est plus tabou. 

Le philosophe Spinoza (mort en 1677), dans son Traité politique, dit ceci : L'insolence caractérise tous les hommes en position de dominer; même les gens en place, désignés pour un an, deviennent insolents. Quelle attitude peuvent prendre les nobles à qui les honneurs sont assurés pour toujours? Ce que la société d'alors valorisait : la richesse, les honneurs, le plaisir, sont encore, hélas, de notre temps, mais des valeurs bien éphémères, si on y pense.

L'espèce humaine possède l'esprit puissant qui se perfectionnera en humanité. Les trois valeurs citées seraient des moyens d'arriver à des fins d'humanisme et non de domination et d'asservissement des peuples. Sommes-nous admiratifs lorsqu'on nous apprend que vingt-six des personnes les plus fortunées de la planète possèdent autant que tout le reste du monde? R