Le plaisir de vous informer

Février 2019

Le coin lecture

« Une invitation »

par Danielle Leclerc

Très chers lecteurs du journal Le Reflet, nous vous remercions de nous lire assidûment. Toutefois, nous pensons que vous lisez aussi autre chose!

Petits et grands, jeunes et moins jeunes, nous sommes curieux de connaître vos goûts, vos intérêts, vos découvertes, vos coups de cœur!

Nous vous invitons donc...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Février 2019

L'insolence des gens de pouvoir

par André Mathieu

Je veux parler ici de l'insolence des hommes (ou femmes) en position de dominer.

C’est certain que de tous les temps, il y a eu des dirigeants et des dirigés, (des chefs et des indiens, si je peux m'exprimer ainsi). La royauté, les dictatures, les démocraties et toutes autres formes de gouvernement investissent leurs dirigeants de grands pouvoirs et c'est normal comme ça. Les chefs d'entreprises sont...

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Éditorial - Mars 2018


Boissons et adolescents

par André Mathieu


La nouvelle est frappante; Athéna Gervais, 14 ans, a pris une brosse et en est morte. Pour un décès, d’innombrables cas de jeunes intoxiqués par l’alcool se retrouvent aux urgences, souvent à la limite du coma. Les urgentologues le disent trop souvent.


Depuis longtemps je voulais écrire sur ce sujet : les boissons énergisantes et les autres qui sont énergisantes et alcoolisées en plus, chez les jeunes.


Quel ado n’a pas fait l’essai de bière, vin ou boisson forte? En général, l’effet recherché doit être peu coûteux. Autrefois, le goût de l’alcool était dissuasif pour les débutants en saoulerie. C’est-à-dire que ça rendait malade avant d’être trop éméché ou intoxiqué.


L’expert en toxicomanie Jean-Sébastien Fallu, de l’Université de Montréal, a commenté dans les médias sur les enjeux de la consommation (drogues et alcool), et ce, depuis de nombreuses années. Selon lui, le produit en question, ingéré par Athéna, est une bombe, destinée à saouler rapidement ceux qui n’aiment pas l’alcool.


Le produit du Groupe Géloso a été identifié. Le FCKD UP, la bombe selon Éduc’alcool, se boit comme un jus. Une cannette équivaut à quatre verres de vin, ne goûte pas l’alcool, super-sucré et super-caféiné. Et ça stimule comme la boisson énergisante. Aldo Géloso va abandonner ce produit qu’il a fabriqué parce que le marché le demandait et que des compétiteurs le fabriquaient et qu’il voulait sa part de marché… et de profits, bien entendu. Bien entendu aussi que le FCKD UP ciblait le marché des 18-25 ans.


La présentation de la boisson est pour le moins attirante pour les jeunes. M. Géloso va dire qu’il doit se démarquer de la compétition et je ne sais quelle autre raison encore, sinon les profits. La boisson qui rend ivre-mort en dix minutes n’aurait jamais dû être accessible aux jeunes et à personne d’autre, un point c’est tout.


À qui la faute? La culture (ça revient encore, cet argument) du laisser-aller des gouvernements (ministère de la santé et de la consommation), l’avidité des profits au détriment de la vie des consommateurs, la publicité racoleuse, le manque d’informations valables sur ces produits de merde, ce sont tous des responsables de la mort d’Athéna. Un exemple de publicité : « Si tu veux passer de zéro à party en quelques gorgées, bois le mauve ». C’est tout dire du danger immédiat de consommer ces boissons.

Le remède consiste à informer les ados. Les parents, les profs, les médias et l’état sont responsables d’informer, ont le devoir de le faire. L’éducation à l’alcool doit être aussi importante que l’information sur l’amour, le sexe ou les drogues. Ça ne se fera pas avec un résultat assuré mais peut-être que si le retrait de produits semblables avait été fait plus tôt, il aurait peut-être évité le décès d’Athéna et d’autres visites d’ados aux urgences pour cause d’intoxication à l’alcool. Peut-être.


À tout le moins, informer et redire aux jeunes de ne pas abandonner un ami qui semble confus, suite à l’ingestion de drogue ou d’alcool. Peut-être que les abus existeront toujours, (les ados feront toujours leurs expériences) mais les accidents peuvent être évités si certains peuvent se sentir responsables, aider et accompagner ceux qui en ont besoin. R