Le plaisir de vous informer



Texte choisi - Mai 2019

Il est minuit moins une

par Marguerite Pigeon,

élève de secondaire 4

et citoyenne de Lingwick

Il y a quelques semaines, alors que je flânais sur YouTube, je suis tombée sur une vidéo qui m’a troublée. La vidéo a été réalisée par Émile Roy. Émile Roy est un créateur de vidéos et de courts-métrages.  Il est aussi le fils de Patrice Roy, le présentateur de nouvelles à Radio-Canada.

  

La vidéo s’intitulait Il est déjà trop tard pour l’environnement. (Alors quoi faire?). Cette vidéo donnait plusieurs statistiques sur la situation actuelle de l’environnement et des prévisions par rapport à l’avenir.  Une des statistiques m’a particulièrement fait réfléchir...


Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

1er Texte choisi du mois

Lire la suite...

2e Texte choisi - Mai 2019

Rubrique : La nature de notre canton

Les belles printanières

par Monique Théoret


Le printemps est magique; après une longue pause, la vie germe enfin. Une éclosion de couleurs et de parfums s’ensuit. Tout semble sans attrait sous les arbres encore dépouillés, pourtant des plantes hâtent leur floraison, profitant de la luminosité. Pour elles, c’est le temps de faire des réserves et de se faire butiner par les pollinisateurs. La plupart des belles printanières ont une croissance lente l’été, plusieurs entrent déjà en dormance. Impressionnant, ces plantes peuvent parfois vivre plusieurs décennies. Allez à leur rencontre et découvrez...

2e Texte choisi du mois

Lire la suite...

Éditorial - Juin 2019

Les Américaines bafouées...

par André Mathieu

Les Américaines bafouées par Trump

 

Leur président peut, à sa guise, remplacer des magistrats fédéraux et des juges à la Cour suprême, dans le but très évident de permettre aux États ultra-conservateurs de rendre illégal l'avortement. Mais encore plus, criminaliser fortement ceux et celles qui le pratiquent et celles qui le vivent, selon le cas. Il faut dire que l'avortement a été rendu légal en 1973, dans tout le pays, suite à de nombreux...


Lire la suite...

Éditorial - Mars 2019  


Le droit de s'indigner

par André Mathieu


Encore la politique, vous me direz. Bien oui; à tous les niveaux, notre vie est influencée par nos élus. En santé, éducation, environnement, immigration, développement des industries, les gouvernements innovent (parfois c'est le contraire) et tous les citoyens suivront, pour le meilleur et pour le pire. S'informer, critiquer, s'indigner ou manifester au besoin est un privilège et un devoir des citoyens. Par exemple, ces décisions qui mettent en danger les producteurs agricoles, tous doivent les critiquer. C'est pareil dans tous les domaines.

L'entêtement des élus

Le gouvernement caquiste est en poste avec une majorité quasi indécente et cette situation favorise l'entêtement à avancer, mais pas toujours par en avant. On doit réaliser que les discours des partis sont différents, qu'ils soient dans l'opposition ou au pouvoir.

M. Legault demandait au PLQ (parti libéral du Québec) d'obliger Hydro-Québec à rembourser leurs abonnés pour les sommes perçues en trop (1,7 milliard): il était alors dans l'opposition et la CAQ (Coalition avenir Québec) a fait une pétition à cet effet.

Maintenant au pouvoir, ce même homme accepte de demander qu'Hydro rembourse à ses clients la moitié des 182 millions perçus en trop en 2018, l'autre moitié reviendra au gouvernement évidemment.

Hydro-Québec a volé ses clients, a menti en essayant de camoufler ce vol, et maintenant on va accepter que la moitié seulement nous soit rendue? Bonne décision, M. Legault. Hydro-Québec va se servir de ce trop-perçu pour améliorer son efficacité, selon vous? L'argent volé reste du vol et en remettre la moitié, c'est encore malhonnête. Le reste du 1,7 milliard, c'est une taxe déguisée.

Quant à l'annulation des 18 000 dossiers de candidature à l'immigration, cette annulation est faite selon une loi qui n'est pas encore en vigueur. Le ministre Simon Jolin-Barrette essaie de justifier ce geste sans fondement légal. La CAQ, en ce domaine, propose un nouveau système qui pourra traiter 400 demandes en 2019, sans budget supplémentaire. Misérable performance, M. Legault, en immigration.  

La CAQ n'avait pas de plans en environnement avant d'être élue. Une ministre fut nommée et, sans programme ou formation en ce domaine, elle a chuté à la première occasion. Les journalistes ont tôt fait de l'embêter. Pourtant, M. Legault nous l'a présentée comme une ingénieure et femme d'affaires. Les gens d'affaires n'ont pas tous les compétences, M. Legault. 

Finalement, les surplus annoncés au prochain budget seront uniques à ce budget-ci. L'an prochain, la CAQ ne prévoit pas de surplus. M. Legault a tout le loisir de dépenser selon son bon vouloir, cette année seulement. Pourquoi ne pas corriger ce qu'il a décrié en santé ou en éducation, résultat du précédent gouvernement? Pourquoi cet entêtement à promouvoir les maternelles quatre ans, alors qu'aucune étude sérieuse ne le recommande, alors que les écoles ne peuvent y arriver, en personnel et en locaux, alors que la facture prévue est si exagérément élevée?  

C’est de l’entêtement, c’est évident. R