Le plaisir de vous informer

Février 2019

Le coin lecture

« Une invitation »

par Danielle Leclerc

Très chers lecteurs du journal Le Reflet, nous vous remercions de nous lire assidûment. Toutefois, nous pensons que vous lisez aussi autre chose!

Petits et grands, jeunes et moins jeunes, nous sommes curieux de connaître vos goûts, vos intérêts, vos découvertes, vos coups de cœur!

Nous vous invitons donc...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Février 2019

L'insolence des gens de pouvoir

par André Mathieu

Je veux parler ici de l'insolence des hommes (ou femmes) en position de dominer.

C’est certain que de tous les temps, il y a eu des dirigeants et des dirigés, (des chefs et des indiens, si je peux m'exprimer ainsi). La royauté, les dictatures, les démocraties et toutes autres formes de gouvernement investissent leurs dirigeants de grands pouvoirs et c'est normal comme ça. Les chefs d'entreprises sont...

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Éditorial - Novembre 2018


Lendemain d'élections

par André Mathieu


Surprises et miracles, selon les résultats de l'élection du mois dernier. Désagrément pour les libéraux et les péquistes, avec les pires performances depuis bien longtemps. Le chef du PQ (Parti Québécois) perd son comté au profit de Québec Solidaire (QS). Pour le PQ, c'est la suite de l'agonie depuis la défaite de Mme Marois et de M. Boisclair. 

 

C'est la meilleure performance à vie pour Québec Solidaire, en nombre de députés élus et en pourcentage des votes. Les citoyens désabusés et insatisfaits des libéraux et des péquistes ont manifesté et voté autre chose. Un vent de sympathie pour ce parti de Mme Massé qui devient une adversaire majeure à l'Assemblée nationale.

 

Le quasi-miracle, c'est la majorité écrasante de la CAQ (Coalition Avenir Québec). Est-ce que le règne libéral ou péquiste est terminé? L'avenir nous le dira. M. Legault a trouvé la recette pour devenir premier ministre en un temps record, à partir de député et ministre sous la bannière péquiste il y a quelques années. Il est à noter que l'Action Démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont a précédé la CAQ comme premier parti d'opposition. Certains députés caquistes proviennent en effet des rangs de l'ADQ.

 

Parlons des promesses électorales qui ont fait élire le gouvernement : il y a absence de promesses en environnement avant l'élection, mais promesse de remettre de l'argent dans le portefeuille des payeurs de taxes. Qu'est-ce qui aidera les plus désavantagés non payeurs de taxes?


Revoir l'entente avec les médecins spécialistes, cette promesse est déjà douteuse quant à son application. Les programmes pour les immigrants sont flous et, au débat des chefs, M. Legault n'a rassuré personne. Les signes religieux, on peut douter du résultat. L'école maternelle pour les enfants de quatre ans serait une façon d'améliorer le plein potentiel de réussite de nos jeunes. En plus, le ministre de l'éducation nous parle d'améliorer la formation du personnel enseignant, comme si les problèmes venaient de ces enseignants qui donnent tout ce qu'ils peuvent. Mauvais départ pour un ministre, cette accusation. Ces voeux pieux seront difficiles à réaliser, compte tenu des budgets requis, des locaux à trouver ou construire et du personnel enseignant à engager, alors que les spécialistes doutent de la pertinence de cette maternelle quatre ans.

 

M. Legault nous dit que l'économie québécoise se porte bien; M. Couillard nous affirme que les finances sont saines, et aucun politicien ne contredit cela. Nous lisons dans les journaux qu'il y aurait un surplus budgétaire, est-ce bien vrai? Si surplus il y a, les libéraux doivent en être responsables, les coupures de services en santé et en éducation en début de mandat nous le rappellent, malgré une tentative des mêmes libéraux de nous les faire oublier en vue du dernier scrutin.

 

Enfin, les québécois se souviennent des temps d'austérité, et c'est maintenant que M. Legault pourra en faire ce qu'il voudra, sa majorité écrasante lui permettant une grande latitude. M. Legault, qui vient d'arriver, n'est pas responsable des finances actuelles ni des surplus, ni de l'économie bien portante du Québec. 

 

Nous lui souhaitons de consulter et d'écouter la population qui l'a élu, même si la tentation de sa forte majorité peut le rendre sourd jusqu'à la prochaine élection. R