Le plaisir de vous informer



Mars 2020  

« L'humour et le rire »

par André Mathieu

Le rire est le propre de l'être humain; les animaux n'ont pas cette capacité, même si certains animaux ont des mimiques qui ressemblent au rire, l'humain a le monopole du rire.

 

On peut rire de plaisir, de satisfaction, de subtils mots d'esprit, de l'humour léger ou gras des professionnels du rire, ceux qui ont fait l'École nationale de l'humour et qui remplissent les salles de spectacles, au grand plaisir des centres culturels.

 

L'écrivain Frédéric Beigbeder, dans son roman L'homme qui pleure de rire, nous parle de...

Mars 2020

« Hommage à notre Mme météo »

par Catherine Bouffard


Récemment, Mme Jacqueline Pelchat-Bouffard, alias notre Mme météo, recevait un certificat de reconnaissance de la part d’Hydro-Québec pour ses quarante ans d’observations glacimétriques, c’est-à-dire du verglas.

 

Les données recueillies entre les mois d’octobre et d’avril, sont analysées et servent dans le calcul des charges de glace maximale lors de la réparation ou de la construction des lignes de transport d’énergie. Le responsable du réseau glacimétrique d’Hydro-Québec la remercie pour son travail remarquable et son assiduité tout au long de ces années.

 

Ce n’est pas tout ! Depuis 1974...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Éditorial - Septembre 2019  


« Des élections (encore) »

par André Mathieu


Quatre ans entre les élections fédérales, c'est si vite passé. Le parti élu s'installe au pouvoir et tente de remplir ses promesses, (parfois pas), en essayant de ne pas trop décevoir en vue de sa réélection, et nous sommes maintenant rendus à cette élection.

 

Qui peut nommer trois ou quatre promesses des libéraux? Est-ce que la suite a été heureuse? La légalisation du cannabis afin d'enlever ce marché au crime organisé ou bien enrichir les amis qui ont vite investi dans ce projet?

 

En environnement, on peut se questionner de la pertinence d'acheter un pipeline, personne n'avait vu venir cela. Ce nouveau gouvernement voulait investir pour relancer l'économie en première partie du mandat, pour ensuite viser l'équilibre budgétaire à la fin des quatre années au pouvoir. Il y a eu d'autres promesses, je n'ai pas la liste ici.  Qui est satisfait de ces années libérales? 

 

Un spécialiste en politique a dit que « les promesses électorales ne devaient surtout pas être réalisées. »

 

Notre premier ministre a voyagé, rencontré bien du monde, pas seulement par nécessité, et en a rapporté plein de souvenirs en photos. 

 

Notre premier ministre a fait piètre figure dans les négociations avec les Américains. Il faut dire que le président Trump est pour le moins imprévisible, mais avec ses surtaxes à tout propos, ses menaces et autres ruses, il se pense le maître du monde. Ces trois années Trump semblent une éternité. S'il fallait qu'il soit réélu... Fallait-il pénaliser les producteurs agricoles en avantageant l'industrie de l'Ontario?

Notre façon de voter se résume bien souvent ainsi : voter pour sortir le gouvernement au pouvoir ou voter pour le moins pire des partis. Le problème, c'est qu'il n'y a que deux formations qui peuvent prétendre gagner la prochaine élection. Voter pour un autre parti, c'est un vote de protestation et aidera finalement l'un ou l'autre des deux grands partis. Mais, plus il y aura de députés dans l'opposition, meilleur c'est pour la démocratie.

 

Les programmes des partis doivent être  examinés et les électeurs doivent choisir. Nos ancêtres votaient pour gagner leurs élections. Les bleus ou les rouges. On parle encore du devoir du citoyen et plus il y aura de votes et de députés élus dans les tiers-partis, meilleur sera le gouvernement qui sera élu le 21 octobre prochain. R