2014 04-Le bonheur

Éditorial  
Le bonheur  
Daniel Pezat

Sa recherche est si importante que les pères fondateurs des États-Unis d’Amérique l’ont inscrit dans leur constitution. Voltaire, philosophe français du XVIIIe siècle, déclarait : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ». Cherchait-il le bonheur? Peut-être. Ce qui est certain, c’est qu’il est mort à 84 ans, alors que l’espérance de vie était tout juste de 30 ans à son époque.

Chacun à notre façon, nous cherchons tous le bonheur. Certains le trouveront dans la nature, l’amour, la vie de famille. Pour d’autres, ce sera le pouvoir ou la possession. Mais, si pour les Séraphin Poudrier de ce monde, caresser leur or est un plaisir, sont-ils plus heureux pour autant?

Nous sommes souvent pris entre famille, carrière, vie personnelle et nous nous sentons constamment débordés et épuisés. Ce n’est pas que l’on soit malheureux. C’est plutôt le sentiment de passer à côté de quelque chose d’important. Avoir l’impression de ne pas assez apprécier ce que nous avons. De trop chialer. D’être trop souvent pris dans nos routines. De ne pas suffisamment prendre soin de nous, de consacrer trop peu de temps à nos proches, nos amis ou nos passions.

Il y des matins où on aimerait rester couché, juste se cacher sous les couvertures. Surtout, quand des événements désagréables viennent déranger notre vie. C’est alors que des bonheurs anciens peuvent  revenir du fond de notre mémoire. Ils nous soulagent de la peine du moment comme un rayon de soleil dans un ciel d’orage. Je le sais, ce n’est pas toujours facile. Avoir le cœur léger quand on est dans la tristesse ou le désarroi n’a rien d’évident. Pourtant, la vie nous le commande. Être capable de faire face à l’adversité, est-ce une forme de bonheur?

Nous cherchons tous le bonheur, mais nous ignorons souvent par quels moyens y parvenir. J’en reviens encore à la philosophie et plus particulièrement au poète latin Horace, qui disait quelque chose comme : « Profitez du moment présent et tirez en toutes les joies, sans vous inquiéter ni du jour ni de l’heure de votre mort ». Profiter de chaque moment de notre vie en y trouvant les bons côtés. Plus facile à dire qu’à faire! Quand tout va de travers, quand nos certitudes sont bousculées, demandons-nous si la situation peut être pire? Si la réponse est non! Ouf, c’est que cela va déjà mieux!

Je me suis souvent demandé si le bonheur était un état permanent ou simplement un moment passager? Deux opinions s’opposent.

Le bonheur est une foule de petites choses. Plus de gens seraient heureux s’ils ne se rendaient pas la vie impossible, à courir après. S’ils  pouvaient savourer toutes les courtes joies quotidiennes plutôt que d’en rêver. S’ils s’arrêtaient quelque fois pour remercier la vie de ce qu’ils ont plutôt que de quémander sans cesse ce qu’ils n’ont pas. S’ils prenaient le temps de s’émerveiller à l’aube d’un jour naissant, de sentir une fleur, d’écouter le chant des oiseaux, de regarder couler un ruisseau ou tomber la première neige. Le bonheur n’est pas un état permanent. Sinon, comment pourrait-on l’apprécier?

Le bonheur et le plaisir sont deux sentiments que souvent nous confondons. Le plaisir est une satisfaction limitée dans le temps. Avoir une maison, une famille, une automobile. Prendre du plaisir à une action au moment où nous l’accomplissons. Le caractère passager du plaisir a souvent été mis en cause par les philosophes (encore eux!), comme si la chasse au plaisir n’était qu’une quête dont la satisfaction est de courte durée. Le bonheur, pour sa part, se définit par sa durabilité et sa stabilité. Il indique un bien-être complet du corps et de l’esprit, tandis que le plaisir concerne le plus souvent le corps.

Le bonheur et la vertu vont-ils de pair? Bien agir et être fiers de nos actes suffisent-ils pour être heureux? Ressentir la joie de vivre dans la paix de l’âme. Vivre avec courage et générosité sont-ils gages de bonheur? Bien des questions auxquelles chacun peut répondre à sa guise. Pour ma part,  combler ses besoins, réaliser ses désirs avec sagesse, dans la sérénité, me semble une bonne réponse. Le bonheur se construit comme on construit sa maison, cœur à cœur et brique à brique! R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *