2011 04- Je ne la reconnais plus

Texte choisi : Opinion
Je ne la reconnais plus.
Par Daniel Pezat

Ma Coop de Weedon a bien changé. Plus rien n’est pareil, plus rien n’est à sa place. Comme un client perdu, j’erre dans des allées inconnues. Je ne me sens plus chez moi, même le babillard, aussi utile que peu onéreux, a été enlevé. Jusqu’au nom qui a l’air de vouloir disparaître.

Je n’aime pas ça.

En plus, on veut me faire croire que c’est pour mon bien de consommateur. Ne venez surtout pas me dire que je refuse le changement. La direction, comme le reste, a changé. À mon grand regret, je ne suis pas certain que ce soit pour le mieux.

Il n’y a pas si longtemps, je connaissais les employés, femmes et hommes d’expérience, compétents et dévoués. Aujourd’hui, ils ne sont plus là, renvoyés. Remplacés par des jeunes gens qui, malgré leur bonne volonté, ne répondent pas à mes attentes; je n’aime pas ça non plus.

Je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas, mais je pressens un virage qui n’a rien à voir avec une gestion de bon père de famille. Je le comprends comme une décision d’affaires. La piastre d’abord. Un commerce est là avant tout pour faire des profits, sinon, il va disparaître. Mais quelque part, il y a de l’importance à garder des employés qualifiés et familiers des habitudes des acheteurs. Penser que ceux-ci ne verront rien, ne sauront pas faire la différence et vont finalement s’habituer est se mettre le doigt dans l’œil.

Si je veux d’une quincaillerie anonyme, il me suffit d’aller ailleurs. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *