2011 02- Vieillir en famille

Opinion
Vieillir en famille.
Carole Hébert

Après avoir lu l’article Vieillir au Québec paru dans Le Reflet de décembre dernier, je me suis souvenue, qu’alors que je travaillais dans un hôpital universitaire reconnu pour la qualité de ses soins au Québec et ailleurs, que j’avais décidé de garder à la maison ma mère atteinte de la maladie d’Alzheimer.

À côté du département où je travaillais, il y avait l’unité pour les personnes atteintes de cette maladie. Tous les jours, je voyais infirmières, préposés et bénéficiaires, se faire bousculer ou frapper par d’autres patients.

La direction a demandé une subvention pour créer une unité spéciale afin de transférer les personnes les plus agressives. Sur cette unité, le personnel était presque aussi nombreux que les patients. Les problèmes ont été résolus pendant un an. Malheureusement, le budget n’a pas été renouvelé et l’unité a dû fermer.

Chez moi, jamais ma mère n’était confrontée à des règlements ou des situations qui auraient pu la contrarier et la rendre agressive. Nous étions quatre pour l’aider. Nous avions aussi une très bonne gardienne pour nous remplacer lorsque nous étions absents. Je l’avoue, cela n’a pas toujours été facile. Nous l’avons fait pendant six ans, mon mari, mes enfants et moi. Nous avons de très beaux souvenirs de ces années.

Est-ce cela la solution? Je travaillais dans le domaine. Au début, je suis allée chercher les ressources dont j’avais besoin et auxquelles j’avais droit. Personne ne m’a jamais avertie de mes droits. Personne ne m’a encouragée à prendre soin de ma mère, chez moi. Bien au contraire. Que ce soient mes compagnes de travail, mes amis, mon médecin ou les gens du milieu, tous ont essayé de m’en dissuader. Si vous avez dans votre famille une personne atteinte d’une maladie dégénérative, n’hésitez pas à vous informer des ressources, des possibilités et des choix qui vous sont offerts.

Critiquer les institutions et les gouvernements est facile, mais agir c’est mieux. Je ne dis pas que c’est facile de prendre soin d’une personne malade, mais ça se fait et c’est très enrichissant pour la famille et les proches. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *