2010 11- Rêve inaccessible?

Rubrique : Polyvalente Louis-Saint-Laurent
Titre : Rêve inaccessible?
Auteurs : Renée-Claude Leroux, organisatrice communautaire et Charles Labrie, enseignant


Légende : Olivier Magnan-Grenier
Crédit photo : Polyvalente Louis-Saint-Laurent

De l’aréna de Weedon … au centre Bell de Montréal

Quel petit joueur de hockey n’a pas espéré un jour devenir un joueur de hockey professionnel? Un rêve plutôt inaccessible, me direz-vous? Pourtant, c’est l’histoire d’un jeune de Lingwick, un ancien de la polyvalente Louis-Saint-Laurent : Olivier Magnan-Grenier.

Olivier a complété son école primaire à l’école Notre-Dame-du-Sacré-Cœur de Weedon et il a donné ses premiers coups de patins dans le hockey mineur à l’aréna de Weedon. Déjà, à cet âge, il était avantagé par la nature… souvent le plus grand de la classe, il démontrait de l’assurance et du leadership, mais on était bien loin de se douter d’où cela allait le mener!

Après des années de hockey mineur à Weedon, il fut vite remarqué; c’était un joueur d’avant qui se démarquait. Cependant, pour poursuivre son hockey dans le double lettre, Olivier a dû accepter de changer de position : d’un joueur d’avant, il est devenu un joueur de défense. Pour ceux qui ont des enfants qui jouent au hockey, vous comprendrez que ce ne fut sûrement pas une décision facile! La majorité des jeunes préfère compter des buts au lieu de les empêcher. Dans le hockey mineur, le travail des défenseurs est parfois ingrat et n’est pas toujours reconnu à sa juste valeur. Olivier a fait le bon choix et son sacrifice a été payant, car il lui a permis de faire son hockey Midget 3A. Le jeune de Lingwick a poursuivi ses études à Magog après avoir complété son secondaire 1 et 2 à la polyvalente Louis-Saint-Laurent.

Le 21 octobre 2010, date historique pour Olivier, il joue son premier match de hockey, à l’âge de 24 ans, dans l’habit des Devils du New Jersey, à Montréal. Une partie qui se termine par un compte final de 3-0 pour les Devils contre nos Canadiens! Un événement qui restera sûrement gravé dans sa mémoire et dans la nôtre. Le no 29 des Devils a joué environ 16 minutes et a fait bonne impression. Les commentaires de commentateurs sportifs sont favorables à son égard; il est fort à parier qu’il aura d’autres occasions de faire ses preuves. Nous le lui souhaitons!

Bravo, Olivier! Quelle fierté pour ta famille, Sylvie Magnan (mère), Jacques Grenier (père), Émilie (sœur), Éric (frère) et sûrement Mathieu Paquin (beau-frère), enseignant à la Cité-école. Cher Olivier, ce sentiment de fierté se transpose à toute la communauté : ton village, tes amis, tes anciens enseignants… et tes anciens coéquipiers de hockey. Partout, le message de ton ascension circule, à une vitesse que seule on retrouve dans les milieux ruraux. Dans les salles d’attente, ton nom est sur les lèvres de plusieurs et dans les maisons, les yeux sont rivés sur les téléviseurs. Comme quoi, les rêves les plus inimaginables peuvent se réaliser!

Félicitations pour ta persévérance! Bravo à vous, chers parents qui avez soutenu et accompagné votre enfant dans son cheminement des plus petits… vers les plus grands! R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *