2010 09- Brève histoire de la loge

Rubrique : Notre histoire
Titre : Une brève histoire de la loge no 79, M.A.F. & A, G.R.Q. de Lingwick.
Auteur : G.M. Morrison, sec., traduction par Marcel Langlois

L’histoire de la loge no 79 de Lingwick remonte au 29 janvier 1905, alors qu’une réunion informelle de maîtres maçons s’est tenue pour examiner la faisabilité de former une loge maçonnique à Gould. Le consensus et la résolution qui en résulta furent à l’effet que dans l’intérêt de la franc-maçonnerie, une loge des maçons anciens, libres et acceptés soit établie. La candidature à la Grande Loge du Québec, située à Montréal, a été acceptée. Une permission spéciale a été octroyée à vingt-quatre maîtres maçons, dont la majorité étaient membres de la loge Friendship no 66 de Cookshire, de procéder à cette entreprise. Par conséquent, ils sont devenus les membres originaires de notre loge.

Conséquemment à cette permission, une réunion a été convoquée au town hall (hôtel de ville) de Gould le 16 janvier 1906, alors que le vice-grand maître pour le district de Saint-François établit légalement la loge no 79 de Lingwick au registre de la Grande Loge du Québec. Il procéda ensuite à l’installation de la liste des officiers nouvellement élus et nommés. Les trois principaux administrateurs furent : le frère Daniel H. Morrison, vénérable maître, le frère Peter W. Buchanan, gardien principal et le frère D. D. MacDonald comme gardien junior. Le frère D. D. MacDonald, grand-père de Clyne, avait joint l’ordre maçonnique en 1887 alors qu’il travaillait au Colorado.

Les documents originaux de la loge indiquent que les membres qui s’y joignirent provenaient de North Hill, Dudswell, Bishop’s Crossing, Fisher Hill, Red Mountain, Stornoway, Galson, Milan, Scotstown, Keith et Robinson (maintenant Bury). Plusieurs de ces frères étaient des descendants de ces braves âmes qui ont émigré de l’île de Lewis dans les Hébrides extérieures sur la côte ouest de l’Écosse.

Les membres de la loge choisirent de fixer leurs réunions mensuelles au mardi de la pleine lune ou au mardi précédent; par conséquent, il y eut treize réunions fixées par an jusqu’en 1983. Depuis lors, du fait que la plupart de nos membres voyagent de la région de Lennoxville-Sherbrooke, les mois de janvier, février, et parfois mars, en raison de temps de tempêtes, ont été déclarés « vacances d’hiver ».

Très peu de nos membres actuels peuvent évoquer, comme témoins, l’arrivée des frères par carriole légère ou lourde dans des conditions hivernales sévères, mettre leurs chevaux dans les anciens hangars de l’église et participer à l’assemblée de leur loge. Ces réunions étaient convoquées au troisième étage du town hall, pour les frais nominaux de location de trente-cinq dollars par an. Le couvreur avait la tâche laborieuse de transporter tout le bois du sous-sol par toutes ces nombreuses marches et de tenter de chauffer les salles maçonniques à l’aide du vieux box stove (poêle-cuisinière). Les procès-verbaux de la loge indiquent que plusieurs réunions ne finissaient que bien au-delà de minuit. Réchauffés par une petite goutte de scotch et la route éclairée par la lumière de la pleine lune, nos frères retournaient chez eux, satisfaits du sentiment qu’ils perpétuaient les préceptes authentiques d’un ordre noble. Il est très difficile pour nous, aujourd’hui, d’apprécier pleinement les efforts et les sacrifices de nos anciens officiers et membres de la loge, qui ont lutté dans une région rurale éloignée pour honorer leurs nombreux engagements, financiers et autres. Les soupers d’huîtres, les parties de sucre, les danses folkloriques printanières et automnales, les parties de cartes et autres levées de fonds étaient tous des événements annuels bien supportés par la communauté. Toutes les recettes de ces entreprises étaient promptement données à des organismes remarquables de bienfaisance, le plus notable étant l’hôpital Shriner pour les enfants handicapés à Montréal.

En 1963, en raison de la baisse de l’adhésion, la loge Fidelity no 77, qui a été instituée le 14 septembre 1898 à Lac-Mégantic, a choisi de fusionner avec celle de Lingwick, no 79. Leurs membres ont reçu un accueil cordial et plusieurs d’entre eux se sont plus tard révélés un atout précieux pour notre loge en servant comme officiers ainsi que ritualistes compétents. Aujourd’hui, il y a encore sept anciens membres de Fidelity no 77 sur notre fichier d’adresses.

Malgré le fait que le town hall a été vendu à Mme Monique Rousseau en juin 1981, un contrat de location négocié a permis à la loge de continuer à s’y réunir jusqu’en 1988. Le bâtiment a été vendu à nouveau, mais cette fois, il n’y a eu aucune possibilité de prolonger la location des salles maçonniques. Par conséquent, la dernière réunion de la loge de Lingwick dans l’ancien town hall a eu lieu le 21 mars 1989.

La construction d’un nouveau pont sur la rivière au Saumon et de la nouvelle route droite à travers Gould en 1971 a obligé à déplacer l’église Unie Chalmers. Elle fut déplacée sur ladite route et placée sur de nouvelles fondations. Ce nouveau sous-sol est resté inachevé jusqu’en 1989 alors que les maçons négocièrent un accord formel avec l’administration de l’Église et assuma l’investissement de dix ou douze mille dollars, pour toutes les rénovations nécessaires. Grâce à l’expertise de M.  Douglas Beaton, notre menuisier, aux dons financiers généreux d’individus et de « loges sœurs locales », ainsi qu’aux nombreuses heures-hommes de travail bénévole, ce projet a été réalisé à temps pour notre première rencontre dans ce lieu le 18 avril 1989.

En 1979, il y avait 103 membres sur le registre, dont 35 étaient membres à vie. L’attrition a certes pris sa cote au cours des vingt-cinq ans puisqu’il y a actuellement seulement trente-six membres, ce qui comprend les dix-neuf membres à vie. Plusieurs de nos frères ont été honorés en recevant leurs joyaux de 50 ans de la Grande Loge maçonnique. Certains membres ont reçu leur barre de 60 ans pour ajouter auxdits joyaux, mais un seul de nos frères a jamais été le récipiendaire de sa barre de 70 ans. Le 3 février 1991, le vénérable frère Arthur B. MacDonald de North Hill, qui était alors dans sa 96e année, a été fêté à son domicile pour avoir atteint cette étape importante dans sa carrière maçonnique active.

Le 75e anniversaire de notre loge a été célébré le 13 juin 1981. La cérémonie de reconsécration de la loge, le vin et fromages l’après-midi pour les dames, le banquet et la danse à la salle Jean-Paul à Bury ont tous eu un succès retentissant. Nous, les quelques membres locaux restants, visons la possibilité de célébrer le 100e anniversaire de la loge no 79 de Lingwick en 2006. R
________________________________________________________

Rubrique : Our history
Titre : A Brief History of Lingwick Lodge No. 79, A.F. & A.M., G.R.Q.
Auteur : G.M. Morrison, sec.

The history of Lingwick Lodge No. 79 dates back to Jan. 29, 1905 when an informal meeting of Master Masons was held to consider the feasibility of forming a Masonic Lodge in Gould. The consensus and resulting resolution stated that in the interests of Freemasonry, a Lodge of Ancient, Free and Accepted Masons be established. The application to the Grand Lodge of Quebec, situated in Montreal, was accepted. Special dispensation was granted to twenty-four Master Masons, the majority of whom were members of Friendship Lodge No. 66 in Cookshire, to proceed with this venture. Thus, they became the Charter Members of our Lodge.

Pursuant to this dispensation, a meeting was convened at the Town Hall in Gould on the 16th day of January, 1906 at which time the District Deputy Grand Master for the District of S1. Francis legally instituted Lingwick Lodge No. 79 on the register of the Grand Lodge of Quebec. He then proceeded to install the slate of newly elected and appointed officers. The three principal officers were: Wor. Bro. Daniel H. Morrison, Worshipful Master, Bro. Peter W. Buchanan, Senior Warden and Bro. D. D. MacDonald as Junior Warden. Bro. D. D. MacDonald, Clyne’s grandfather, had joined the Masonic Order in 1887 while working in Colorado.

The original records of the Lodge indicate that the joining members came from North, Hill, Dudswell, Bishop’s Crossing, Fisher Hill, Red Mountain, Stornoway, Galson, Milan, Scotstown, Keith and Robinson (now Bury). Many of these brethren were descendents of those brave souls who emigrated from the Isle of Lewis in the Outer Hebrides off the west coast of Scotland.

The members of the Lodge chose to schedule their monthly meetings on the Tuesday on or before the full moon, consequently there were thirteen stated meetings per year up  unti1 1983. Since then, due to the fact that most of our members travel from the Lennoxville-Sherbrooke area., the months of January, February, and sometimes March due to stormy weather, have been declared « winter recess ».

Very few of our present members can reminisce about witnessing the arrival of brethren by cutter or pung  sleigh in severe winter conditions, of putting their horses in the old church sheds, and attending their Lodge assembly. These meetings were convened on the third floor of the Town Hall for the nominal rental fee of thirty-five dollars per year. The Tyler had the laborious job of carrying all the wood from the basement up all those many stairs and attempting to heat the Masonic Chambers using the old box stove.

The minutes of the Lodge indicate that many of the meetings did not end until well past midnight. Warmed by a wee dram of Scotch Whisky and the road illuminated by the light of the full moon, our brethren proceeded homeward, content with the feeling that they were perpetuating the genuine precepts of a noble order.

It is very difficult for us today to fully appreciate the efforts and sacrifices of our past officers and members of the Lodge who struggled in a remote rural area to honour their many commitments; financial and other. The oyster suppers, sugaring-off parties, spring and fall country dances, card parties and other fund raisers were all annual events well supported by the community. All proceeds realized from these ventures were promptly donated to worthy charities, most noteworthy being the Shriner’s Hospital for Handicapped Children in Montreal.

In 1963, due to declining membership, Fidelity Lodge No. 77 which was instituted on Sept. 14, 1898 in Lake Megantic, chose to amalgamate with Lingwick #79. Their members received a cordial welcome and many of them later proved to be an invaluable asset to our Lodge by serving in the capacity of officers as well as proficient ritualists. At the present rime, there are still seven former Fidelity #77 members on our mailing list.

Despite the fact that the Town Hall was sold to Mme Monique Rousseau in June 1981, a negotiated rental agreement enabled the Lodge to continue meeting there until 1988. The building was again sold, but this time there was no possibility of extending the rental of the Masonic Chambers. Consequently, the last meeting of Lingwick Lodge in the old Town Hall was held on March 21, 1989.

The construction of a new bridge over the Salmon River and the new straight road through Gould in 1971 necessitated the moving of Chalmer’s United Church. It was moved across said road and placed on a new foundation. This new basement remained unfinished until 1989 when the Masons negotiated a formal agreement with the Trustees of the Church and assumed the ten or twelve thousand dollars investment for all necessary renovations. Thanks to the expertise of Mr. Douglas Beaton, our carpenter, the generous financial donations of individuals and local « Sister Lodges » as well as the many man hours of donated labour, this project was completed in time for our first meeting in this venue on April 18, 1989.

In 1979 there were 103 members on the roster, 35 of whom were life members. Attrition has certainly taken its toll over the intervening twenty-five years as there are currently only thirty-six members, which includes the nineteen life members. Many of our brethren have been honoured by receiving their 50 year Grand Lodge Masonic jewels. Some members have recei-ved their 60 year bar to add to said jewel, but only one of our brethren has ever been the recipient of his 70 year bar. On Feb. 3, 1991, Wor. Bro. Arthur B. MacDonald of North Hill, who was then in his 96th year, was honoured at his home for achieving this milestone in his active Masonic career.

The 75th anniversary of our Lodge was celebrated on June 13, 1981. The Lodge rededication ceremony, the afternoon wine and cheese social for the ladies, the banquet and dance at Salle Jean Paul in Bury were all a resounding success. We, the few remaining local members, look forward to the possibility of being able to celebrate the 100th Anniversary of Lingwick Lodge No. 79 in the year 2006. R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *