Le plaisir de vous informer



Éditorial - Février 2020  

« Aide médicale à vivre »

par Danielle Leclerc

Je deviens en colère quand j’entends parler de l’élargissement aux personnes inaptes de l’aide médicale à mourir. Je sens une révolte monter en moi quand j’entends que le choix des personnes de mourir, exprimé au cours de leur vie,  devrait être respecté, même après qu’elles soient devenues inaptes et totalement incapables de réitérer l’expression de leur choix au moment de l’acte ultime.

Quelle est cette mascarade tout à coup concernant le respect du droit des personnes à vouloir mourir?

Texte choisi - Février 2020

« Le dindon de la farce »

par Monique Théoret

Le sujet de cette chronique nous a été inspiré par Ghislaine Pezat suite à des photos de dindons sauvages prises chez elle. Gageons que plusieurs d’entre nous ont aperçu plus de dindons dans la nature que sur leur table.

Pour ma part durant les fêtes, je me suis rendue à la ferme avec ma famille. En route, comme je disais que nous devions être attentifs aux dindons sauvages, l’un d’eux a fait un vol plané juste devant le pare-brise. Surprise ! Je me suis écriée : « Ho ! Un dondon ! ». Ce lapsus nous a bien fait rire. Je me rappelle un autre hiver où je me suis presque mise en retard au travail en regardant cinquante-neuf ...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Texte choisi - Mars 2019 - #2


Témoignage

« Un livre, un ami »

par Daniel Pezat



Pour faire suite à l'Invitation de Danielle Leclerc, un livre a toujours été pour moi un mode d'évasion, de voyage, de découverte et de connaissance. Tout jeune, je lisais les romans de Jules Verne; 20 000 lieues sous les mers et L'île mystérieuse ont bercé mon imaginaire d'enfant. Plus tard, il y a eu la rencontre avec Jack London et Croc blanc. Fenimore Cooper et Le dernier des Mohicans. Roman prémonitoire, je ne savais pas que plus tard, bien plus tard, j'irais vivre au Canada.

Adolescent passionné de voile et de plongée sous-marine, je me tournais vers les histoires vécues de circumnavigateurs; avec le commandant Cousteau, ils m'ont entraîné autour du monde. Jeune adulte, je me souviens avoir lu Jean-Paul Sartre; Le mur m'a marqué pour des années, ainsi que les poèmes de Jacques Prévert et d'Arthur Rimbaud; ils m'ont ouvert une porte sur la réflexion, la prise de conscience... et la rébellion.

J'étais un rat de librairie. Partout où j'allais, un livre me suivait; j'oubliais de descendre de l'autobus ou du métro. Je lisais et bien souvent relisais un roman ou un essai, soulignant et commentant des passages. Mes lectures se tournaient volontiers vers les écrivains français. Plus tard, à Montréal, les auteurs québécois ont attiré mon attention. Je l'avoue, un choc culturel, Réjean Ducharme m'attendait au détour de L'avalée des avalés et Michel Tremblay avec son univers du Plateau Mont-Royal. Dans un autre registre, Antonine Maillet avec Pélagie la charrette, Lionel Groux avec Lendemain de conquête, François Xavier Garneau et son Histoire du Canada français, comme bien d'autres, m'ont chacun à sa manière initié à l'histoire, à la culture et à la littérature québécoise. 

À Lingwick, je fréquentais assidûment la bibliothèque, seul ou accompagné de mes garçons; nous en ressortions toujours avec de beaux projets de lecture. À cette époque, les ordinateurs faisaient leur apparition dans nos vies. Je me souviens avoir écrit (j'en ai honte) « ...jamais un ordinateur ne remplacerait un livre! » Beau manque de clairvoyance de ma part. Je ne savais vraiment pas ce que l'avenir me réservait. 

Devenu malvoyant, passé le temps de la colère, il m'a bien fallu m’accepter et apprendre à lire autrement. Télé-visionneuse ou écran si pratiques ne m'ont guère apporté de satisfaction. Maintenant, je lis avec un lecteur audio adapté. J'en ai toujours un à ma portée, où que je sois. Mais dieu que les livres me manquent! Il m'arrive encore d'en prendre un et d'en tourner les pages, d'en sentir l'odeur, de me souvenir de ce que j'y avais lu... et de me dire que j'ai eu tout de même de la chance de pouvoir profiter d'eux. 

Si pour une raison ou une autre, je devais partir et n'emporter que quelques livres, j’en choisirais deux : Don Quichotte de Miguel de Cervantes et Robinson Crusoé de Daniel de Foe. J'ai toujours craint l'ennui et le désœuvrement, tout autant que l'absurdité du monde dans lequel nous vivons; Don Quichotte la fuit par la folie, Robinson Crusoé a lutté contre son ennui par le travail. Je me reconnais bien dans ces personnages. R