background

Le plaisir de vous informer



Éditorial - Juin 2020

« COVID-19 »

par André Mathieu

Début

Les voyageurs nous ont rapporté le fameux coronavirus. De Chine, d'Iran, d'Angleterre, des autres pays européens déjà en avance sur cette pandémie, en nombre de malades. Tous les voyageurs ont été mis en quarantaine à leur retour au Canada, quand on a compris l'urgence d'agir mais, accueillis sans problèmes plusieurs jours avant : bienvenue au Canada, qu'on leur disait à leur arrivée, sans plus de précautions.

 

Il demeure incompréhensible que la Santé publique ait été alertée dès le 12 janvier et que M. Legault soit tombé de sa chaise seulement le 9 mars, donc une semaine après la semaine de relâche scolaire où, apparemment, tout le mal a pris naissance. C'est à ce moment que les rassemblements ...

Texte choisi - Juin 2020

« La nature... et le temps »

par Malois (Marcel Langlois)


On estime que la Terre, notre planète, s’est formée il y a environ 4,54 milliards d’années, à peu près en même temps que le système solaire.

 

Lentement, sa masse gazeuse, surtout de dioxyde de carbone, s’est condensée en une boule solide.

 

Bombardée de comètes, la planète s’est entourée de vapeur d’eau qui condensée, aussi, a donné les océans.

 

Une partie des gaz non solidifiés ont formé l’atmosphère.

 

Après sa formation, la Terre aurait mis  environ 740 millions d’années pour donner naissance à la première forme de matière vivante.

 

À nos yeux, ces mesures de temps sont immenses. Heureux les humains qui vivent cent ans (surtout s’ils le font en santé); alors, milliards, millions d’années…

 

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

Texte choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Texte choisi - Octobre 2019



« Le compostage domestique, on doit tous embarquer »

par Louise Pigeon


Nous sommes présentement dans une période de grands changements environnementaux. 6,6 millions de personnes dans le monde entier ont pris la rue le 27 septembre dernier pour manifester leur inquiétude et crier l'urgence de réaliser des actions concrètes. Nous voici devant une bonne occasion de poser un geste qui fait une véritable différence en adoptant de bonnes habitudes quant à notre façon de disposer de nos déchets compostables.

En effet, la Politique de gestion des matières résiduelles de la MRC du Haut-Saint-François prévoit l'obligation de bannir les matières organiques des sites d'enfouissement d'ici juin 2020. Deux options s'offrent aux citoyens : la collecte aux portes des matières compostables dans un bac brun ou encore le compostage domestique, c'est- à-dire  disposer de nos déchets organiques dans un bac de compostage directement dans notre cour.

Lors de la rencontre d'information et de consultation qui a eu lieu le 20 juin dernier, les 31 personnes présentes ont voté à l'unanimité pour l'instauration du compostage domestique dans notre municipalité.  

Cependant, si nous ne voulons pas nous voir imposer le bac brun, tout le monde doit emboîter le pas et se mettre au compostage. Si après une certaine période, il n'y a pas une diminution significative du tonnage global de matières envoyées à l'enfouissement, nous pourrions perdre la possibilité de refuser le bac brun.  Même les personnes qui compostent déjà chez elles se verraient imposer les frais.

La collecte aux portes du bac brun vient avec une charge financière, soit : l'achat du bac (60 à 70 $) pour chaque résidence et environ 19 000 $ par an (à l’échelle municipale) pour la collecte et le traitement des matières. Ces montants pourraient aussi augmenter, tel que constaté dans d'autres municipalités. Il y a aussi le coût environnemental lié à la circulation du camion pour le ramassage. Nous pouvons également considérer les inconvénients liés à l'odeur générée par l'accumulation de matière dans le bac ainsi que le désagrément de devoir laver celui-ci.

Le compostage domestique, quant à lui, demande d'acheter ou de construire un bac de compostage. Ce bac n'a pas besoin d'être lavé. Le principal investissement est de vouloir faire un changement dans ses habitudes, c'est-à-dire de mettre ses résidus dans un petit bac de comptoir et d'aller le vider dehors dans le composteur. Au final, si le compost est bien fait (nous vous guiderons à ce sujet dans les mois qui viennent), il n'y aura pas d'odeur et le produit qui en résultera sera un fertilisant de grande valeur. Ce bon compost enrichira jardin, plates-bandes, pelouse et plantes d'intérieur. Il est gratuit et plus riche que n'importe quel sac que vous pourriez acheter en magasin.

Dans les prochains mois, nous vous donnerons plus d'informations sur la bonne façon de faire son compost. En attendant, voici quelques exemples de composteurs de fabrication maison ou que vous pouvez trouver dans les magasins. Et surtout, conservez vos feuilles d'automne car vous en aurez besoin dans votre recette de compost. Vous pouvez les garder dans des sacs si elles sont sèches ou encore en tas si elles sont mouillées. R