background

Le plaisir de vous informer



Éditorial Avril 2021

Vivement la vaccination !

de Danielle Leclerc


Nous vivons en pleine pandémie depuis plus d’un an. Une expérience choquante. Nous avons vu la désorganisation que l’arrivée de ce virus a provoquée dans les systèmes de tous les pays du monde. Nous avons vu les morts innombrables. Nous vivons quotidiennement les impacts qu’elle a sur nos relations familiales et sociales. Nous vivons avec la peur, pour nos proches, pour nous-mêmes.

 

Je suis interloquée face à ceux qui se montrent sceptiques face à cet ennemi invisible, affirmant qu’il n’existe pas. Leur ignorance, sans doute, leur permet d’adopter une telle attitude, un moyen illusoire de dompter leur peur face à un danger contre lequel ils se sentent totalement impuissants. Mais ce discours a fait boule de neige et les personnes contaminées par cette idéologie ...

Texte choisi - Avril 2021

« Elle... et les autres »

par Malois

Qu’on me permette, cette fois, une chronique très personnelle.

 

Elle, elle vivait pour aimer, pour faciliter, pour aider, pour réconforter. Elle voulait toujours que tout le monde soit bien, se sente bien.

 

Elle savait les mets qu’aimaient ses invités et ceux qu’ils n’aimaient pas. Le menu était en conséquence. Et, bien sûr, elle leur servait les plus beaux morceaux.

 

Elle ressentait l’autre, ses besoins, ses passions. Elle était disponible. Discrètement. Elle était là.

 

« La fracture de la petite a-t-elle bien guéri? » demandait-elle à une vague connaissance qui, il y avait dix-huit mois, lui avait fait part de la mauvaise chute de l’enfant.

 

« Peignez-vous toujours? » Elle se souvenait de la passion ...

Le journal

Télécharger le dernier Reflet

en PDF en cliquant sur l'image

Éditorial du mois

Texte #1 choisi du mois

Lire la suite...

Lire la suite...

Texte choisi - Avril 2021

« C'est la guerre ! »

par Daniel Pezat

L’éditorial du Reflet du mois de février est une belle réflexion et probablement une bonne compréhension de la situation dans laquelle le Québec est plongé.

 

Néanmoins, je ne partage pas toutes les opinions mises de l’avant par l’auteur. Il nous faut regarder les choses en face : la COVID-19 et ses variants ne disparaîtront pas de sitôt. La vérité est que nous sommes en guerre contre un virus !

 

Les gouvernements en place, tant à Ottawa qu’à Québec, font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont et ce qu’ils savent de la gestion d’une pandémie. En fait, ils apprennent sur le tas ! D’accord pour reconnaître que Justin est un bon patineur et que trop souvent ...


Texte #2 choisi du mois

Lire la suite...

Texte choisi - Novembre 2020


« Nourrir les oiseaux en hiver »

par Danielle Leclerc


Un grand plaisir pour moi en hiver est d'observer les oiseaux qui viennent à ma mangeoire. Quel beau spectacle de la nature! Les couleurs sont tellement belles avec tout ce blanc autour. De plus, c'est tout un bonheur de partager mon engouement avec mes petits-enfants, qui ont passé des mois avec nous en raison de la pandémie. Les jeunes ont la capacité d'apprendre facilement et rapidement les principes de base de l'observation de la gent ailée. Et ce qu'il y a de merveilleux, c'est que ce qu'ils apprennent tout jeunes avec leurs grands-parents va demeurer pour toujours dans leur mémoire, surtout si des émotions positives y sont associées.

Cet apprentissage est aussi l'occasion de manipuler des livres, de connaître leur utilité essentielle dans tous les domaines de la vie. Les enfants de cette génération sont tellement à l'aise avec l'ordinateur, le contact avec les livres devient pour eux un complément très enrichissant, que ce soit pour identifier des oiseaux, des insectes, des champignons, des fleurs ou des reptiles. J'aime bien entendre «Grand-maman, as-tu un livre pour trouver cette chenille?» Ça me rend heureuse, j'ai réussi à inculquer le plaisir associé à cette recherche de connaissance au sujet de son environnement.

Les oiseaux n'ont habituellement pas besoin de notre intervention pour se nourrir en hiver, encore moins en été. C'est pour notre propre plaisir que nous installons des mangeoires. Pas besoin de beaucoup investir pour profiter de cette activité. Minimalement, un simple plateau monté sur un poteau suffit, sur lequel on dépose des graines de tournesol. Il est préférable que ce plateau soit abrité, d'une manière ou d'une autre, pour préserver la qualité des graines. On choisira des petites graines de tournesol noires, plus faciles à broyer, qui  permettent d'attirer la plus grande part des oiseaux d'hiver. Les mélanges de graines ne sont pas recommandés, car plusieurs des graines qu'ils contiennent ne sont pas mangées et pourrissent dans la mangeoire ou tombent au sol et attirent des visiteurs indésirables.

Ainsi, vous  pourrez déjà observer différentes sortes d'oiseaux : mésanges à tête noire, sitelles à poitrine rousse/blanche, juncos ardoisés, chardonnerets  jaunes, cardinaux rouges,  roselins pourprés/familiers, durbecs des pins, gros becs errants, geais bleus, sizerins flammés, grimpereaux bruns, jaseurs des cèdres, tourterelles tristes et même certains bruants qui restent chez nous en hiver. Les oiseaux ont la capacité d'abaisser leur température corporelle la nuit pour conserver leur énergie.

Il existe différents types de mangeoires sur le marché. Les plus populaires sont les mangeoires cylindriques en silo, qui sont offertes à différents prix et parfois pour un usage spécifique, pour les graines de chardon, par exemple, qui sont très petites.  La mienne est munie d'un système qui prévient la venue des écureuils : elle bloque l'accès aux graines quand le poids du visiteur est plus lourd que celui d'un oiseau sur le perchoir. Certains bricolages sont proposés sur internet pour fabriquer des mangeoires avec des objets familiers : bouteilles de boisson gazeuse, cartons de lait, noix de coco. À vous de choisir.

Il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire de nettoyer régulièrement la mangeoire ou le plateau pour enlever les graines rancies et aussi éviter la propagation de certaines maladies chez les oiseaux.

Si vous voulez élargir la variété de vos visiteurs, vous pouvez ajouter une offre de suif dans votre environnement.  Vous aurez alors peut-être la chance d'observer de plus près un pic mineur, un pic chevelu ou encore, oh merveille, un grand pic! Bien des oiseaux profiteront de cet apport calorique bénéfique par grand froid. Les petits fruits, les noix et les cacahouètes seront également appréciés de plusieurs oiseaux.

Un moyen facile de présenter ces aliments aux oiseaux est de préparer un mélange maison composé environ de 1/3 de gras (suif, saindoux, beurre ou margarine non salés), 1/3 de beurre d'arachides sans sucre ni sel, auxquels on ajoute pour le dernier tiers des fruits frais ou secs, des graines de tournesol ou autres et de la farine de maïs. On peut façonner notre mélange en boules qui pourront être placées dans un filet récupéré à accrocher à une branche. Les boules se conservent au réfrigérateur et peuvent aussi être congelées.

Une autre façon est de faire des trous autour d'une bûche de bois avec une perceuse et un emporte-pièce, qui seront ensuite remplis avec le mélange. On suspend la bûche à un arbre ou autre support. Le mélange de gras peut aussi être étendu sur des cocottes de pins à suspendre, bricolage amusant à faire avec les petits! Faire sécher  les cocottes au four avant de les utiliser pour bien les ouvrir et les rendre moins collantes.

D'autres oiseaux peuvent être observés l'hiver aux abords des mangeoires, des oiseaux chasseurs, redoutables prédateurs : la buse à queue rousse, la pie grièche grise, l'épervier de Cooper et l'épervier brun. Ils sont vraiment très beaux à voir. Mais les petits oiseaux ont aussi d'autres ennemis : les chats et les écureuils!

Idéalement,  un bon livre de référence en identification et une bonne paire de jumelles  seront appréciés pour aider à l'identification de vos visiteurs. Je vous recommande vivement le classique de Rober Tory Peterson, aux éditions Broquet, Les oiseaux du Québec et de l'Est de l'Amérique du Nord. Il est reconnu pour avoir les planches d'identification les plus précises.

Je vous encourage vivement  à aller visiter le site Web de la société de loisir ornithologique de l'Estrie (SLOE) qui fournit gratuitement quantité d'informations très intéressantes au sujet des oiseaux, de leur observation et de leur alimentation. On y désigne les mangeoires comme étant des postes d'alimentation. Le site propose des solutions aux problèmes que l'on peut rencontrer  en pratiquant cette activité.

Une petite anecdote en terminant : mon fils se demandait bien quels oiseaux pouvaient venir vider sa mangeoire pleine en une seule nuit.  Il s'agissait des plus gros visiteurs à la mangeoire que j'ai jamais vus : des chevreuils ! Ils poussent la mangeoire avec leur museau pour faire tomber les graines ou les attrapent avec leur langue directement dans la mangeoire!

Bon hiver d'observation à tous. R


Autres suggestions :

- Le livre : Attirer les oiseaux aux mangeoires, de Jean Paquin, éditions Michel Quintin.

- Sur le Web : Plateforme Ebird Québec (Québec oiseaux) : programme de listes d'observations en ligne et en temps réel, recueillant des informations pour le suivi des populations d'oiseaux, auquel la population peut participer.

11-12-2014 - Mangeoire avec toit et tuyau
11-12-2014 - Mangeoire avec toit et tuyau
31-10-2020 - Mésange et sittelle à la mangeoire
31-10-2020 - Mésange et sittelle à la mangeoire
3-11-2020. Cardinal
3-11-2020. Cardinal
4-2-2012. Oiseau prédateur. Buse à queue rousse. Pouvez-vous la voir? 
Elle est bien camouflée n'est-ce pas?
4-2-2012. Oiseau prédateur. Buse à queue rousse. Pouvez-vous la voir?
Elle est bien camouflée n'est-ce pas?